INTERVIEW CYRO SEKE/TOGO

TOGO-SOCIETE-SEXUALITE/MARIAGE
Cyrille Cyro SEKE : « L’homme a juste besoin d’un peu d’humilité pour aller à l’école de sa femme »
LOME, 8 mars/2018 (Savoir News)-Il est aisé de voir des couples se disputer sans raison apparente. L’enthousiasme qui, au début était vivante, somnole progressivement et finit par s’endormir, faisant place à la routine, au dégoût qui tue l’attirance sexuelle et fait place au dédain. La vie en couple, loin d’être une adaptation est une préparation, une patience, un don de soi. C’est avant tout, mieux se connaître pour cheminer, avant d’entrer ensemble dans cette fusion physique et spirituelle pour un épanouissement mutuel. Quelles sont les étapes à franchir ? Comment conquérir son couple, le façonner et constamment cultiver la passion et l’amour qui vous a réunis ? Qu’est ce qui tue l’attirance sexuelle ? Que faire ? … Lisez notre entretien avec Cyrille Cyro SEKE (Formateur, Président de Love Power, une structure qui promeut l’éthique de l’amour …).

Savoir News : Dans l’un des panels du 2ème Salon du mariage et des Noces, vous avez abordé l’essentiel des questions liées au mariage et à la sexualité dans le couple. Et vous avez insisté sur la +sexualité érotique et sexuelle+, pourquoi ?

Cyrille Cyro SEKE : Oui, le concept de sexualité se rapporte à trois dimensions, l’érotique, le génital et le communionnel. Mais dans le cadre de ce panel, nous avons mis l’accent sur l’aspect érotique, pour aider ceux et celles qui peinent à se satisfaire mutuellement dans l’acte sexuel. Beaucoup n’ont pas l’information ou ne savent pas comment s’y prendre. Or, c’est quelque chose qui peut détruire l’expérience conjugale. Nous avons donc développé les aspects érotiques pour aider les gens à comprendre et savoir comment s’y prendre pour obtenir la satisfaction sexuelle de son partenaire et mieux, se satisfaire mutuellement.

Justement, comment le savoir ? Comment faire pour obtenir une satisfaction mutuelle ?

Bien au-delà de l’aspect érotique, génital ou de la satisfaction biologique, les relations sexuelles constituent un acte hautement spirituel qui exige d’abord la connaissance de soi et aussi de l’autre.
Il faut se connaître soi-même, connaître la nature de son organe, ses propres points sensibles, puis aller à la découverte de l’autre aussi, pour s’assurer qu’on arrive à le (ou la) satisfaire, une fois passé à l’acte. Le couple devrait surtout en parler, afin de s’assurer que les deux conjoints ont été ensemble dans une communion et que chacun a pu aider l’autre à aller à la satisfaction. C’est aussi là que la dimension spirituelle est prise en compte : veiller à une communion des deux conjoints, renforçant leur alliance dans une bienfaisance mutuelle et, dans l’idéal, sur la base de la fidélité.

D’aucuns disent que la taille du sexe masculin joue un grand rôle dans la satisfaction

C’est relatif. A priori, la taille du sexe masculin n’est pas le problème. Le fait est de savoir comment toucher les points sensibles de sa conjointe, afin de d’aider à la satisfaction. Et cela n’est pas forcément lié à la taille, car même quand le sexe est petit, on peut trouver une position adéquate, qui permette de toucher ce point-là, pour le bonheur de sa conjointe. Raison pour laquelle, il est important de mieux se connaître.
Si l’homme tient compte de tout ça pour optimiser la satisfaction de sa conjointe, cette dernière fait généralement plus que ce qu’il faut pour satisfaire en retour son conjoint.

Certains couples en sont arrivés à un moment de leur vie où ils se repoussent mutuellement. Manque d’enthousiasme, monotonie, routine, qu’est-ce que c’est ?
En fait, il faut de la préparation avant l’acte sexuel et cela dépend de la qualité des relations que vous avez avec votre femme. Et c’est cette relation-là qui, en fait, prépare à un bon acte sexuel. Et donc, quand il arrive que des conjoints se repoussent ou s’isolent, c’est justement qu’il y a des questions qui sont restées au « frigo » (frustration, malentendus, autres préoccupations) qui n’ont pas été traitées, et c’est ça qui conduit à ce blocage. Sinon, quand on est ensemble, c’est qu’on s’est aimé un jour. Mais la question c’est : est-ce qu’on a entretenu cet amour au fil du temps ? Est-ce que l’engagement est maintenu dans le temps ?

Dans d’autres couples, il n’y a rapports sexuels que si l’homme en a envie, ou s’il veut se faire pardonner pour une faute. Et une fois l’acte accompli, c’est que la faute est d’office pardonnée, il n’a pas besoin de présenter ses excuses. Comment expliquez-vous cela ?

C’est un problème à plusieurs niveaux. Premier élément : quel est le processus qui les a conduits à être mari et femme ? Est-ce que ce cheminement qui permet de se connaître mutuellement et de connaître les référents de l’autre (qu’est-ce que l’autre a comme langage d’amour, les éléments qui permettent à l’autre de se sentir aimée et affectionnée) a été fait ?
Deuxième élément : une fois qu’on se rend compte qu’on a brulé cette étape, on peut rattraper, en décidant de mieux se connaître, vu qu’on est ensemble pour la vie. Et ça, c’est la communication qui peut aider…pour que l’un ne soit pas objet ou esclave de l’autre.
Troisième facteur : c’est l’ensemble des mœurs qui veulent que l’homme soit au centre de tout. Mais ce qui est certain, c’est que cet homme-là a besoin de revenir en arrière.
Le secret c’est quoi ? Si vous travaillez à satisfaire votre femme, en retour, elle vous donne tout ce dont vous avez besoin. Selon la qualité de la relation conjugale que vous avez, la femme est aimante, disposée à donner, sans compter. Donc, l’homme a juste besoin d’un peu d’humilité pour aller à l’école de sa femme, pour lui donner l’affection dont elle a besoin. Le reste, il l’aura en abondance…

La nouvelle curiosité, ce sont les poupées sexuelles dont les images abondent les réseaux sociaux. Merveille ou perversité de la science ?

C’est encore une des innovations du monde terrestre qui semble avoir des acteurs cachés pour détourner l’homme de l’humanité. Franchement, s’il faut en arriver à ce qu’un homme ou une femme utilise une poupée pour se satisfaire, en lieu et place de la relation humaine que Dieu a prévue pour son épanouissement, alors c’est grave !
La dignité humaine est en train d’être perdue. Si la poupée arrive à vous satisfaire, n’est-ce pas que vous n’êtes plus humain et que vous devenez même moins qu’un animal ?
Je peux me faire gentil pour dire que vous devenez à tout, le moins plus animal qu’humain ! Est-ce la destinée de l’homme, n’y aura-t-il pas des effets secondaires plus tard ? Est-ce qu’une poupée peut remplacer votre femme ou votre mari ? Je crois qu’il faut se questionner sur la façon dont les gens grandissent, avec des comptes émotionnels vides, ce qui les empêche de développer des relations humaines saines épanouissantes.

Comment peut-on qualifier cela ? Est-ce le côté pervers de la science ?

+Science sans conscience n’est que ruine de l’âme+, a dit un grand penseur. C’est l’utilisation qu’on fait de la science qui choque. Car une poupée, c’est la matérialisation de la masturbation, ce qui se fait dans la tête (des imaginations pour se soulager), mais en utilisant cet objet, est-ce qu’on ne tue pas les relations humaines ?
Je suis sûr que la poupée peut aider à régler certains problèmes de santé ou psychologiques. Mais je pense qu’adopter la poupée pour se satisfaire, c’est utiliser la science sous un mauvais angle. Vous savez, ceux qui font les découvertes le font pour aider à régler des problèmes. Malheureusement, on finit par ne plus s’en tenir qu’aux problèmes. Au nom de la liberté que l’Homme se dit avoir, il se donne tous les droits et ça devient autre chose. De façon générale, la nature a été créée pour que l’homme s’y adapte pour son épanouissement, et non le contraire. Et c’est cet entêtement à vouloir que ce soit la nature qui s’adapte à nos besoins, à notre liberté, qui fait la perte de l’humanité.

Pour clore notre entretien, quel conseil pour les jeunes qui aujourd’hui, s’engagent dans des relations amoureuses ?

Je pense que celui qui a créé le sexe a dit ce à quoi ça doit servir. C’est vrai que c’est pour le plaisir, mais c’est aussi et même d’abord pour la procréation ; ce qui implique une certaine responsabilité. Donc, quand on n’est pas prêt à assumer la responsabilité qui en découle, il faut éviter d’aller au sexe.
Les préservatifs existent, certes, mais sachez que les préservatifs ne nous préservent que du sperme. Mais l’Homme est aussi spirituel, et le préservatif ne peut pas retenir le côté spirituel. Retenez qu’à chaque acte sexuel, vous avez également un lien non physique. Il faut donc faire attention. D’un autre côté, l’utilisation du préservatif ne responsabilise pas le jeune.
C’est un acte qui le dépouille d’une partie de son énergie, et le détourne de son objectif de vie, de carrière, bref le déconcentre et l’épuise. Et je crois que le jeune doit plutôt orienter son énergie vers son avenir.
En ce qui concerne le sexe, il a tout le temps, dès qu’il sera suffisamment mature, outillé et capable d’en assumer la responsabilité. FIN

Propos recueillis par Ambroisine MEMEDE
Lire sur le site : http://www.savoirnews.net/Cyrille-Cyro-SEKE-L-homme-a-juste,

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *